Journée Internationale Du Chat.

LES SOLUTIONS : pour limiter la prédation du chatet protéger la petite faune sauvage

En France, les associations de protection des animaux comme la SPA et 30 Millions d’amis préconisent la stérilisation des chats, rappelant lors de diverses campagnes qu’“un couple de chats errants non-stérilisés peut engendrer jusqu’à 20 000 descendants en quatre ans”. Pour les chats domestiques, la LPO a conduit une étude pour étudier les comportements des chats domestiques dans les jardins. Elle a ensuite publié un petit guide pour proposer des solutions simples pour limiter leur prédation. Il propose notamment de protéger les mangeoires pour oiseaux avec des barrières ou avec des plantes répulsives. Il préconise aussi l’achat un collier de sécurité à clochettes ou une collerette colorée.

ASSURER UNE ALIMENTATION DE QUALITÉ, EN LIBRE SERVICE : Limite ses déplacements à la recherche de proies.

LE FAIRE STÉRILISER RAPIDEMENT : Limite les vagabondages, les marquages territoriaux, les maladies, la prolifération et les abandons.

OFFRIR DES JEUX : Diminue son instinct de chasseur pour le plaisir de jouer chaque jour, seul ou avec vous.

EMPÊCHER LES CHATS DE PASSER : Avec une grille Stop Chat, des branches épineuses… pour déranger, sans blesser. Une barrière Stop Minou ou un entonnoir pour empêcher l’accès aux nids ou aux mangeoires dans les arbres.

AMÉNAGER DES ZONES « REFUGES » : Des hautes herbes, haies sauvages… pour abriter la petite faune sauvage du jardin.

ALERTER LA FAUNE SAUVAGE : Avec un collier (de sécurité) à clochettes ou une collerette colorée.

ÉLOIGNER LE CHAT :
– Avec des plantes répulsives, comme Coleus canina.
– Avec un mélange à vaporiser quotidiennement (eau, citron et huile essentielle d’eucalyptus).
– Avec un appareil à ultrasons Catwatch ®.
– Avec un arrosage à détection de mouvements.
– Après un épisode prolongé de pluie, au crépuscule, au moment de l’envol des jeunes, ou en votre absence, gardez, si possible, votre chat dans la maison…

Chats errants, chats sauvages, chats libres… Comment les reconnaître et quel comportement adopter?

Et quelle est la différence entre chat errant et chat libre?

En quelques mots, tous les chats libres ont été des chats errants, mais tous les chats errants ne sont pas des chats libres…
Les chats errant peuvent devenir des chats “libres”; Ils obtiennent ce statut particulier lorsqu’une association de protection animale les stérilisent et les identifient à leur nom tout en les relâchant ensuite à l’endroit où ils les ont capturés. Bien souvent, cette opération est complétée par un système de nourrissage quotidien mis en place à des endroits précis pour regrouper la population de chat libre et éviter les nuisances. Par ce processus, le chat passe du statut de chat errant au statut de chat libre, ce qui lui permet de rester dans la rue sans être inquiété de finir en fourrière et surtout sans risquer de proliférer. Les chats libres sont parfois difficiles à reconnaître car ils n’ont pas de colliers mais si vous regardez bien, vous devriez voir un tatouage à l’intérieur de l’une de leurs oreilles, et parfois aussi une encoche à l’oreille droite, preuve de leur identification.

La grande majorité des chats errants sont des chats domestiques qui ont l’habitude des humains et qui ont été socialisés avant de se retrouver dans la rue suite à un abandon ou à une fugue. Les chats qui acquièrent le statut de chat libre ont pour la plupart grandi dans la rue et n’ont jamais connu la vie dans une maison. Ils ne sont pas adaptés à une vie domestique et ne pourraient être adoptés. Ils sont beaucoup plus méfiants et ne cherchent pas le contact avec l’homme contrairement à d’autres chats errants plus fragiles qui ne sauraient survivre bien longtemps dans la rue et ont besoin de notre aide.

Alors que dois-je faire?

Maintenant que vous avez une idée plus précise de comment distinguer chats sauvages, chats libres et chats errants, voici quelques conseils quant à l’attitude à adopter si vous croisez l’un d’eux.

 

Les chats sauvages sont une espèce en voie de disparition et ils sont très difficiles à observer. Mais si vous êtes au contact de l’un d’eux, nous vous conseillons de contacter une association de protection animale de votre région, afin qu’elle puisse le recenser. La protection de l’espèce passe par la bonne connaissance de sa répartition. Ainsi, vous participerez à l’effort de conservation des chats sauvages d’Europe.

 

Lorsque vous rencontrez un chat errant, voire une colonie de chats errants, essayez d’observer leur comportement. Vont-ils vers vous? Auquel cas il s’agit peut-être de chats domestiques qui se sont retrouvés dans la rue et qui ont besoin d’aide. Sont-ils agressifs ou craintifs? Dans ces cas-là, et même s’il vous ne pouvez pas entrer en interaction avec eux, la meilleure chose à faire là aussi est de contacter un organisme de protection animale local et de leur décrire les individus que vous avez observés et à quel endroit. Si vous le pouvez, gardez un contact visuel avec le ou les animaux jusqu’à l’arrivée d’une personne de l’association sur le site. 
Si un chat est tatoué ou que son oreille droite est poinçonnée, et que vous ne ressentez de sa part aucune envie d’interagir avec vous, il s’agit vraisemblablement d’un chat libre. Dans ce cas, et si le chat vous parait en bonne santé (poids, pelage), cet animal indépendant n’est pas dans le besoin et vous pouvez continuer votre route.

 

Si malgré ces éléments d’information un doute persiste et que vous pensez que le chat en face de vous a besoin d’aide, il ne faut jamais hésiter à contacter un organisme de protection animale. Ils sont là pour ça et pourront vous conseiller directement, même par téléphone. 

Crédit photo – © 2019 Yann GESHORS (Noeinoeil, chatte errante aux Orpellières).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :