La Maïre, les Orpellières et le confinement

D’heureuses surprises mais aussi des interrogations.

Au printemps dernier ces lieux sauvages de notre littoral sont redevenus des lieux privilégiés où gravelots à collier interrompu et sternes « Naine » pouvaient nicher en toute tranquillité grâce au confinement.

La plage était redevenue « sauvage », l’homme et la civilisation moderne devaient réapprendre à partager cet espace.

Afin de protéger ces oiseaux l’Association Orpellières, qui œuvre pour la sauvegarde du littoral du biterrois, et son dynamique président Yann Geshors, ont interpellé les 2 communautés d’agglomérations et les 2 communes qui gèrent ce site.

Le challenge était  de maintenir la tranquillité des nids lors du dé confinement aux mois de Mai, Juin, Juillet et Août,  d’autant que ce sont des oiseaux qui nichent à même le sol sans faire de nid, leurs œufs  ayant la couleur du sable.

Tout n’a pas été facile mais la protection par marquage de la zone de nidification a pu être réalisée ainsi que la pose de panneaux d’information pour les usagers de la plage.

Cependant il a fallu faire des veilles écologiques sur zone pour prévenir les incidents dus à la méconnaissance de la nature, au non-respect de règles contraignantes (notamment l’interdiction des chiens sur les plages). Les adhérents de l’Association, ainsi que des membres du groupe local du biterrois de la Ligue de Protection des Oiseaux, se sont relayés pendant ces 3 mois.

Malgré quelques actes de vandalismes, de nombreuses naissances ont eu lieu. De nombreux touristes ont été curieux et intéressé par cet acte écologique, d’autres furieux de se voir privés de liberté d’accès à la totalité de la plage.

La 2ème vague a amené un 2ème confinement, il est à prévoir que ce nouveau répit pour la nature pourra permettre aux oiseaux migrateurs et aux espèces locales de bien profiter de notre littoral.

Les membres des Associations impliqués dans ce processus espèrent  que l’an prochain, des mesures seront prises par les autorités pour que la plage soit aménagée afin que les gravelots à collier interrompu et les sternes naine puissent à nouveau venir nicher au printemps aux Orpellières en toute quiétude et offrir à tous, une fois encore, le spectacle d’éclosion d’oisillons minuscules courant avec leurs petites pattes sur la plage.


Jean- Paul & Godeleine keirsbulck

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :