Pourquoi encore une zone de protection sur la plage de Sérignan ?

Une zone interdite sur la plage de Sérignan, mais pourquoi et combien de temps ?

Nombreux sont ceux à se poser la question “Mais qu’est-ce que ce machin vert sur la plage ?”. Comme vous avez pu le découvrir dans la presse quotidienne régionale et nationale, la période de confinement a permis à la biodiversité du littoral de retrouver sa place !
Cette pause a été fort bénéfique pour les oiseaux migrateurs tels les Sternes naines et Gravelots à collier interrompu, mais le déconfinement à été plus néfaste…
Nous vous expliquons pourquoi.

Couvaison de Gravelots à collier interrompu

Cet oiseaux est un migrateur de l'Afrique Saharienne, dont la population est estimée à 3.000 couples en France et menacé d'extinction sur notre littoral

Aujourd’hui, nous sommes à la fin juillet et face à la surfréquentation de l’espace, certaines nichées ont été abandonnée lors de la 1er couvaison de juin et cette espèce a la particularité de faire une deuxième ponte de “secours” pour essayé de faire perdurer l’espèce (Les dernières études font état, qu’à leur actuelle d’ici 10 ans cette espèces aura disparue…).

Il se trouve que nous sommes à nouveau dans une nouvelle période d’éclosions de poussins de Gravelots à collier interrompu et prochainement de Sternes naine ! Ils leurs faudra encore 3 semaines de quiétude pour qu’ils puissent s’envoler.

Les effectifs semblaient stable jusqu’à présent avec près de 200 de ces oiseaux, mais force est de constater que certains ne comprennent pas ou ne veulent pas comprendre l’interdiction de fréquentation de la zone interdite et viennent les perturber.

Pour rappel, par arrêté municipal :
• Les chiens sont interdits sur la plage même en laisse, toutes heures et jours de l’année (arrêté du 01/07/2008, modifié 14/07/2018)
• Les chevaux sont interdits sur la plage (sauf patrouille de gendarmerie)
• Le camping et les feux sont également interdit
• Le dépôt d’ordure y est bien évidement interdit

L’accès dans la zone de protection est strictement interdit, délit passible de 17.500 € d’amende et encouru de 2 années d’emprisonnement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :